Stabilisation d’une fusaïole

Stabilisation d’une Fusaïole post-médiévale par imprégnation d’un vernis

 Les fusaïoles post-médiévales sont souvent constituées de plomb ou d’un alliage plomb/étain. Lors de leur séjour sous terre, ces objets sont parfois soumis à une forte détérioration/corrosion liée par exemple à l’acidité du sol en forêt ou encore aux engrais et autres produits chimiques présents dans les terres agricoles. Dès lors, il n’est pas rare d’observer des fissures et autres produits de corrosions blanchâtres et pulvérulents à leur surface.

 Stabilisation d'une fusaïole dscf2682

 dscf2681

Phénomènes de détérioration qui si ils ne sont pas stoppés conduisent à une détérioration inéluctable de l’objet. Pour prévenir cela, des techniques chimiques complexes existes qui permettent, en fonction de la nature du matériau, de passiver la surface et de convertir les produits de corrosion. Cependant, ces méthodes ne sont pas facilement exploitables. Une alternative est alors de ralentir voir stopper les phénomènes de corrosion en empêchant le contact de l’objet avec l’un des principaux réactifs de la corrosion à savoir l’oxygène présent dans l’air ou dans l’eau. Pour cela, il suffit de déposer à la surface de l’objet une couche polymère imperméable en utilisant par exemple une résine ou un vernis. Cette technique présente l’avantage d’être réversible. En effet, si l’on souhaite retirer cette couche sans endommager l’objet, il suffit de tremper ce dernier dans un bain de solvant adéquat tel que l’acétone.
Avant de réaliser ce traitement, l’objet doit être rincé plusieurs fois à l’eau chaude afin de le débarrassé  d’éventuelles espèces chimiques présentes à sa surface (engrais,…) puis parfaitement séché. Ce séchage réalisé à environ 100°C doit être réalisé progressivement pour ne pas faire endommager plus l’objet sous la pression de la vapeur d’eau libérée.
Afin d’être certain que le vernis pénètre les fissures et autres porosités du métal et ainsi la formation de poches d’air résiduelles, une technique d’imprégnation par trempage sera privilégiée plutôt qu’un dépôt au pinceau.

immergee

 La formation de bulles, témoigne d’une bonne pénétration du vernis. Laisser l’objet à tremper 48h au minimum et avant de le retirer vérifier qu’il n’y a plus formation de bulles sinon poursuivre l’imprégnation.  De préférence choisir un vernis adapté aux métaux et incolore afin d’éviter un transfert des pigments dans l’objet et une altération de sa teinte originelle. Une fois l’imprégnation terminée, laisser sécher l’objet en le suspendant par exemple au moyen d’une ficelle afin d’éviter que l’excès de vernis créé des inhomogénéités.

sechage

Dans cet exemple le vernis utilisé laisse un léger aspect brillant qui peut-être évité en fonction du vernis ou de la résine.


 

 

sorges |
tout et rien |
super blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | elipsebasenji
| La Baie des Anges
| rafi65